A propos du Président d’ANLULA

Après avoir travaillé dans le secteur du « Conseil et gestion d’entreprises » et celui du « Management de transition », notamment, dans le milieu des TPE-PME en difficultés, auprès desquelles j’intervenais, afin de mettre en place des plans de continuité d’activité (autant de situations souvent vécues difficilement par leurs acteurs, tant les conséquences sociales étaient dommageables) ;
j’ai créé et dirigé plusieurs entreprises dans le secteur du bâtiment, principalement dans les domaines d’activités de la rénovation (tous corps d’états) et ceux de la maison individuelle.

Homme de terrain, issu de la direction générale des TPE-PME, habitué à gérer le changement vital et anxiogène des entreprises, ayant vécu des situations complexes, critiques, voir inextricables, si ce n’est insolubles, que j’ai eu à connaître, mon expérience professionnelle, m’a amené à reconsidérer le sens et la cohérence de notre modèle de société qui prévaut et à envisager un changement de paradigme.

Après m’être interrogé sur les rapports qu’ont les citoyens à la société, les salariés à leur employeurs, les demandeurs d’emplois aux entreprises, et vice et versa, mais aussi les consommateurs à leur environnement, j’en ai conclu qu’il fallait sérieusement remettre en cause les modes de gouvernance de beaucoup de nos entreprises (particulièrement les plus grosses) et leur méthodes de management, qui au lieu de, développer le sens de la solidarité (la « fraternité » écrit en toutes lettres sur le fronton de nos édifices publics), stimuler l’esprit d’équipe, encourager la collaboration et faire jaillir de nouvelles idées novatrices, ce qui auraient permis à la société dans son ensemble de progresser, hélas, imaginant qu’elle allait recueillir les fruits de cette lutte, ces méthodes de management ne visaient, en fait, qu’à renforcer la compétition permanente entre les salariés, les poussant à un individualisme forcené, la négation de leur humanité, avec pour conséquences, des tensions conflictuelles permanentes dans leurs relations, qui se terminent fatalement par l’exclusion du dernier arrivé, des moins armés, des plus faibles, méthodes qui conduit finalement à la destruction de valeurs, dans tous les sens du terme.

La création de ce réseau social de mise en relation, ANLULA – Aidons Nous Les Uns Les Autres ®, née à Lyon de la volonté d’un petit groupe de citoyens, sous une forme associative, dont je suis un des membres fondateurs, est le résultat de cette réflexion, considérant que des changements dans notre société, ne peuvent s’opérer qu’à la condition que nous changions notre vision du monde et nos façons de pensée formatées, que nous mettions en accord nos actes avec nos paroles, en modifiant de manière effective, nos comportements.

Au nom de quoi, serions nous obligés de subir éternellement un système qui asservit, appauvrit les hommes et les broie, en plus du fait qu’il conduit à la destruction inexorable de la planète, pour le seul profit d’une minorité ?

Laisser un commentaire